Phyl’Orkesis est la troupe du Studio Opa! Elle participe à divers événements et fait de l’animation en différentes occasions. Pour réserver leurs services, écrivez dans la section « Nous joindre ».
(Tarif selon l’évènement et le nombre de danseuses engagées au contrat).

Caro_proche Caroline Turgeon. Membre fondateur de la troupe, professeure, chorégraphe et codirectrice du Studio Opa!, Caroline a voulu créer un groupe où l’amour de la danse prime et dans lequel l’oriental se célèbre sous  toutes ses formes. Attirée par les planches depuis son jeune âge, elle carbure aux performances scéniques. Le tribal, dans ses fusions et sa formule improvisation de groupe, est sa tangente préférée de la danse orientale.

 

 

Amé  Amélie Gauthier. Elle a fait ses débuts en danse orientale en 2002 au studio de Diane Blais. Immédiatement, elle s’est passionnée pour cette danse. En 2008, elle a commencé à enseigner et à chorégraphier. En 2013, elle a pris la codirection du Studio Opa! avec Caroline. Lorsque cette dernière lui a proposé de faire du studio le lieu de résidence de Phyl’Orkesis, Amélie a accepté avec joie. Référence en danse orientale au sein de la troupe, elle y fait resplendir sa féminité, sa douceur et sa créativité.

 

 

Marie-Soleil  Marie-Soleil Laurendeau. Elle est une grande passionnée dans tout ce qu’elle entreprend. Elle a découvert la danse orientale à l’âge de 15 ans et la pratique depuis 12 ans. En 2013, à la recherche de défis, elle décide d’intégrer la troupe. La danse est devenue pour elle une véritable thérapie, LA façon de se libérer l’esprit. Son penchant pour le gitan enflamme ses pas et teinte le paysage de la troupe.

 

 

CathCatherine Côté. Fière membre de la troupe, Catherine prend un plaisir insoupçonné à s’engager sur scène. Charmée par la danse orientale et ses différents courants, elle aime que le délicat propre au féminin se retrouve fusionné aux facettes plus dynamiques des genres urbains. Pour Catherine, danser est une expression profondément intime de soi où l’interprétation musicale devient le reflet de l’âme.